mercredi 19 août 2015

33.5 M$ pour accélérer le développement de technologies quantiques-La plus importante subvention de recherche de l'histoire de l'UdeS



La plus importante subvention de recherche de l'histoire de l'UdeS

33.5 M$ pour accélérer le développement de technologies quantiques


30 juillet 2015Nouvelles UdeS
De gauche à droite, le professeur Alexandre Blais et certains des chercheurs sous sa direction pour ce projet : Christian Sara-Bournet et les professeurs André-Marie Tremblay, Michel Pioro-Ladrière et David Poulin.
De gauche à droite, le professeur Alexandre Blais et certains des chercheurs sous sa direction pour ce projet : Christian Sara-Bournet et les professeurs André-Marie Tremblay, Michel Pioro-Ladrière et David Poulin.
Photo : Université de Sherbrooke
L’Université de Sherbrooke lance aujourd’hui un projet ambitieux, résolument tourné vers l’avenir, qui la positionne comme leader mondial de grands partenariats de recherche. Un projet qui sera sans doute l’une des grandes révolutions industrielles du XXIe siècle : De la science quantique aux technologies quantiques.
Pour propulser cette initiative, le gouvernement du Canada vient d’octroyer un investissement remarquable de 33,5 M$ sur sept ans à l’Université de Sherbrooke, au terme du premier concours inaugural du Fonds d’excellence en recherche Apogée Canada. L’Université de Sherbrooke fait partie des cinq universités canadiennes sélectionnées dans le cadre du plus important fonds de recherche de l’histoire du Canada, démontrant ainsi toute l’excellence et la qualité de ses recherches de classe mondiale.
« Il s’agit de la plus importante subvention de recherche de l’histoire de l’Université de Sherbrooke. C’est une reconnaissance nationale et internationale majeure qui confirme la qualité de nos équipes de recherche et la justesse de notre approche de partenariat avec les entreprises, explique la rectrice, professeure Luce Samoisette. L’UdeS déploie une vaste stratégie pour propulser l’innovation, décupler les partenariats et intensifier l’entrepreneuriat. L’annonce d’aujourd’hui constitue le premier financement majeur pour cette approche, a-t-elle ajouté. »
Plus spécifiquement, cette initiative majeure se situe à l’interface des matériaux quantiques et de l’informatique quantique, un champ de recherche qui offre des possibilités immenses de découverte et d’innovation. Sous la direction du professeur Alexandre Blais de la Faculté des sciences, le projet regroupe une équipe de physiciens mondialement reconnus, tout en s’appuyant sur le savoir-faire de chercheurs de la Faculté de génie, particulièrement en micro-nanofabrication. « Nos collaborations avec de grandes entreprises de haute technologie, comme Google, IBM et Microsoft, des centres de recherche mondiaux, de même que des entreprises en démarrage innovantes, telles que Anyon Systems, repousseront les limites de ce champ de recherche, tout en positionnant avantageusement l’Université de Sherbrooke sur la scène internationale », explique Jacques Beauvais, vice-recteur à la recherche, à l’innovation et à l’entrepreneuriat.
Les technologies quantiques, en particulier l'informatique quantique, joueront un rôle important dans les technologies de l'information de demain. « Alors que nos propres experts travaillent sur les aspects théoriques et expérimentaux de l’information quantique, la compréhension détaillée de l'équipe du professeur Blais de la théorie des circuits quantiques supraconducteurs apporte une expertise unique et inestimable pour nos efforts », explique le Dr Masoud Mohseni, chercheur scientifique principal au Google Quantum Artificial Intelligence Laboratory.
En mobilisant les connaissances, l’UdeS fournira un écosystème favorable au milieu des affaires. Elle stimulera la collaboration avec l'industrie et favorisera la création d’entreprises innovantes, dans des secteurs socio-économiques stratégiques tels que les technologies de l'information, l’industrie de la fabrication, l'énergie et la santé. « Le potentiel d’innovation du quantique est phénoménal et il stimule déjà l’esprit d’entrepreneuriat non seulement de nos professeurs et de leurs collaborateurs, mais aussi de nos étudiants », indique le professeur Blais.
Le potentiel du quantique
Parmi les personnes présentes lors du lancement du projet, notons, de gauche à droite, le doyen de la Faculté de génie Patrick Doucet, le vice-recteur à la recherche, à l'innovation et à l'entrepreneuriat Jacques Beauvais, le professeur et responsable du projet Alexandre Blais, la rectrice Luce Samoisette, le doyen de la Faculté des sciences Serge Jandl et le professeur André-Marie Tremblay.
Parmi les personnes présentes lors du lancement du projet, notons, de gauche à droite, le doyen de la Faculté de génie Patrick Doucet, le vice-recteur à la recherche, à l'innovation et à l'entrepreneuriat Jacques Beauvais, le professeur et responsable du projet Alexandre Blais, la rectrice Luce Samoisette, le doyen de la Faculté des sciences Serge Jandl et le professeur André-Marie Tremblay.
Photo : Université de Sherbrooke
L’Université a reconnu très tôt le potentiel de la physique quantique pour générer de nouvelles technologies transformatrices, mentionne le doyen de la Faculté des sciences, Serge Jandl. « Depuis près de 40 ans, ce domaine fait partie de nos thèmes de recherche porteurs, et nous y avons investi considérablement. »
La physique quantique recèle de propriétés déconcertantes, encore inexploitées. Jusqu’à présent, les physiciens et les ingénieurs ont appris à utiliser cette théorie pour développer la base technologique de la société moderne : le transistor et le laser. Sans la physique quantique, l’Internet n’existerait pas, et les ordinateurs occuperaient des édifices entiers plutôt que de tenir confortablement dans notre poche. Le potentiel de la théorie quantique de surprendre et de transformer la société est cependant loin d’être épuisé. Il reste encore à exploiter ses aspects les plus étranges pour générer de nouvelles technologies quantiques transformatrices.
Une équipe de chercheurs clés
Le projet De la science quantique aux technologies quantiques mobilise une équipe de chercheurs clés de renommée internationale soit les professeurs Alexandre Blais, Patrick Fournier, Ion Garate, Michel Pioro-Ladrière, David Poulin, David Sénéchal, André-Marie Tremblay, Bertrand Reulet et Louis Taillefer de la Faculté des sciences.
L’expertise mondiale de nombreux chercheurs de la Faculté de génie s’ajoutera aux forces vives de l’équipe de recherche principale, dont les professeurs François Boone, Serge Charlebois, David Danovitch, Dominique Drouin, Jean-François Pratte et Julien Sylvestre.
Les partenaires du projet
  • Anyon Systems Inc.;
  • BBN-Raytheon Technologies;
  • BlueFors Cryogenics Oy Ltd;
  • C2MI;
  • CIFAR/ICRA (Institut Canadien de Recherches Avancés);
  • Google;
  • IBM;
  • INTRIQ;
  • Keysight Technologies Canada Inc
  • Lockheed-Martin;
  • Microsoft;
  • RQMP;
  • Thales Canada.

Informations complémentaires



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire