lundi 14 décembre 2015

Guatemala (Antigua 2015)



Antigua là thủ đô   thuộc xứ Guatemala được xếp vào di sản thế giới của UNESCO 1979

internet






welcome to guatemala

 

 mình sẽ đi viếng nơi nào vậy anh Vũ và Cherry








đợi xe đón đi Antigua

ghé mua trái cây

 có  quả hồng xiêm hay xa pô chê (sapotier ) và lê ki ma

xa pô chê ngọt, ngon  hột to
nhìn có vẻ không đẹp mắt , nhưng ngon và là trái cây bio !

*******************
 
đi xem núi lửa hoạt động

ngựa chở trái cây, chủ đi bộ


đến nơi rồi

đi xem vùng núi lửa đang hoạt động


 Khói bốc từ núi lửa có mùi Souffre

***************


















vào bảo tàng viện Colonial







rất nhiều hoa Lan và cây cổ thụ







ành Văn Lành












ông tour guide đòi ngắt hoa lan cài lên tóc cho các bà





Lan đặc biệt nhìn như đôi hài














di tích cổ 




Museum















chưa đến giờ ăn  !




 Conference Center: đang có hội nghị

 Hoa vàng nở rộ

 đến tiệm ăn Las Antorchas rồi đói bụng chưa?





nhóm đến từ Mỹ


nhóm Canada và anh chị Vũ
đầu bếp nướng thịt xắp xong rồi , tò mò vào tận nhà bếp


thịt nướng than rất thơm, bia đặc biệt của bản xứ


trong khi chờ đợi món chính , có bia rồi vui nhé !
tình cờ được gặp Colonnel Kevin của quân đội Mỹ đã ở VN khi xưa


nhóm này sao được ưu đãi nhe !  servir trước


 đến lượt nhóm Canada được servir !



Nhà thờ  La Merced

mời chào mua hàng trước nhà thờ La Merced
Nhà thờ La Merced được xây vào thế kỷ XVIe



tiếp tục đi thăm thêm di tích của Cathedral  St- Joseph xưa 1545 (style Baroque)









ANTIGUA’S CATHEDRAL OR SAINT JOSEPH PAROCHIAL CHURCH


The original Cathedral in Guatemala City was built in 1545, but it was replaced with the actual building, but from 1669 through 1680. It was destroyed by the earthquakes of 1717 and 1751, but rebuild. The earthquakes of 1773 almost destroyed the complete city, and the city was translated to where now Guatemala City stands. Part of the building was rebuild and is used as Saint Joseph Church, but most of it still remains on ruins. These ruins can also be visited are give a good idea of how magnificient this building once were.







mới quen mà hợp nhau quá !


bên trong nay hoang tàn vì bị động đất 1773 nên hư hại









xem lại các kiến trúc xưa 


hầm mộ lạnh lẽo quá
kế ngôi mộ dưới basement








cây kiểng  to được cắt tỉa gọn gàng  
đến giờ đi xem bãi biển đặc biệt có cát đen

 lên xe rồi mà vẫn được mời mua 


thấy núi lửa đang sôi sùng sục
du khách ngừng lại để chụp hình có mùi lưu huỳnh (soufre) ngào ngạt

núi lửa đang phun khói


đến bãi biển đặc biệt cát đen rồi,  ngày thường  nên thưa người




sóng khá lớn


chó đi lang thang rất nhiều 
ông tour guide đang cười thỏa thích thấy có người trốn nắng







 chuẩn bị về tàu nhe, đủ hết mọi người rồi !







giã từ Guatemala! ngày vui qua nhanh, ban nhạc chơi hay quá !



tàu lại sắp sửa rời bến Au Revoir !

Antigua Guatemala

Antigua Guatemala *
Logo du patrimoine mondial Patrimoine mondial de l'UNESCO
Calle del Arco, Antigua Guatemala.jpg
Coordonnées 14° 34′ 00″ Nord 90° 44′ 00″ Ouest
Pays Drapeau du Guatemala Guatemala
Subdivision Département de Sacatepéquez
Type Culturel
Critères (ii) (iii) (iv)
Superficie 49 ha
Numéro
d’identification
65
Zone géographique Amérique latine et Caraïbes **
Année d’inscription 1979 (3e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO
Antigua Guatemala, plus connue sous le nom d'Antigua, est l'ancienne capitale du Royaume de Guatemala. Elle est connue pour son architecture coloniale de style baroque et de Renaissance espagnole et pour ses ruines causées par les deux tremblements de terre de 1773.

Sommaire

Situation géographique

Antigua se situe dans la vallée de Panchoy, encerclée par les volcans de Agua, de Fuego et d'Acatenango, dans le département actuel de Sacatepéquez au centre du Guatemala.

Histoire

Elle fut fondée par les Espagnols en 1543 sous le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala dans le but de devenir la troisième capitale du Royaume de Guatemala. Elle fut reconnue à l'époque comme la troisième plus belle ville des Indes espagnoles. Le conquistador Bernal Díaz del Castillo, ancien compagnon de Hernán Cortés, en fut longtemps le gouverneur. Elle accueillit la troisième université du continent, la Universidad de San Carlos de Borromeo fondée en 1676 et qui est aujourd'hui un musée et une salle pour concert classique.
Le plan de la ville est, comme pour beaucoup de villes coloniales d'Amérique latine, constitué de rues qui se croisent à angle droit autour d'une place principale.
À de nombreuses reprises la ville fut victime de séismes. C'est par la violence que la nature viendra à bout de la cité espagnole d'Antigua en l'ensevelissant sous les ruines d'un tremblement de terre. Après le séisme de 1773, le gouvernement espagnol décida de déplacer la capitale dans un autre lieu. Elle a ainsi conservé son aspect de l'époque. En 1976, des secousses ont encore détruit plusieurs églises.

Édifices remarquables

  • Le palais des Capitaines-Généraux, construit en 1549 - 1558, plusieurs fois reconstruit, fut le siège du gouvernement de toute l'Amérique centrale (le royaume de Guatemala comportait le Chiapas (au sud du Mexique), le Guatemala, le Belize, le Salvador, le Honduras, le Nicaragua et le Costa Rica). Il est aujourd'hui occupé par la préfecture, l'hôtel de police et l'office du tourisme (Inguat). Il présente une imposante façade à colonnades, en grande partie d'origine.
  • L'ancienne cathédrale Saint-Joseph, sur le côté est de la place d'Armes, inaugurée en 1680 sur l'emplacement d'une église du XVIe siècle après une période de construction de onze ans perturbée par les séismes. On peut en admirer la façade baroque. Le reste est en ruines.
  • L'hôtel de ville, au nord de la place d'Armes, l'un des rares édifices d'Antigua à ne s'être jamais écroulé lors des tremblements de terre. Il abrite le musée de Santiago, qui expose des meubles, des armes et des objets de l'époque coloniale, et le musée du Vieux livre.
  • Las Capuchinas, ou couvent des Capucines fondé par des religieuses madrilènes, terminé en 1736 sous la direction de Diego de Porres1, l'architecte en chef de la ville. Les cellules monastiques sont disposées autour d'un patio circulaire.
  • L'église de La Merced, construite au XVIe siècle, détruite, puis restaurée. La façade baroque actuelle date du XIXe siècle, et a été restaurée récemment. Elle se caractérise par des motifs décoratifs en stuc blanc sur fond jaune. Dans les ruines du monastère se trouve une grande fontaine, avec une vasque de 27 mètres de diamètre.

Centres d'intérêts


Tapis de fleurs pour la procession du Dimanche des Rameaux
La ville, qui est inscrite depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, est aujourd'hui à la fois un centre touristique et un lieu d'apprentissage de l'espagnol pour de nombreux étrangers en particulier d'Amérique du Nord.
La Semaine sainte est célébrée avec processions et tapis de fleurs.
La ville est aussi reconnue pour sa production de café : de nombreuses plantations proposent des visites guidées (Café Azotea, Café Filadelphia...). Antigua compte aussi de nombreux artisans chocolatiers (Chocolalala, Fernando...) et un musée du cacao et du chocolat dont l'entrée est gratuite2.

Galerie

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :
  1. Diego José de Porres Esquivel est aussi l'architecte de la cathédrale de León au Nicaragua.
  2. ChocoMuseo [archive]

Liens externes

Antigua Guatemala sur le site de l'UNESCO

*************************************************************************

Antigua Guatemala
Antigua, capitale de la Capitainerie générale du Guatemala, fut fondée au début du XVIe siècle. Bâtie à 1 500 m d'altitude dans une zone de secousses telluriques, elle fut en grande partie détruite par un séisme en 1773, mais ses principaux monuments sont toujours préservés en tant que ruines. Construite selon un plan en damier inspiré des principes de la Renaissance italienne, elle s'est, en moins de trois siècles, enrichie de monuments superbes.
  • Anglais
  • Français
  • Arabe
  • Chinois
  • Russe
  • Espagnol
  • Japonais
  • Néerlandais
Antigua Guatemala (Guatemala) © Silvan Rehfeld
Valeur universelle exceptionnelle
Brève synthèse
Construite à 1.530,17 mètres au dessus du niveau de la mer, dans une zone d’activité sismique, Antigua Guatemala, la capitale de la Capitainerie Générale du Guatemala, a été fondée en 1524 sous le nom de Santiago de Guatemala. Elle a, par la suite, été détruite par un incendie provoqué par le soulèvement de la population indigène, puis établie de nouveau en 1527 et entièrement ensevelie suite à des tremblements de terres et à une avalanche en 1541. Le troisième lieu d’établissement, dans la vallée de Panchoy ou Pacán, a été inauguré en mars 1543 et a été utilisé pendant 230 ans. La ville a survécu à des catastrophes naturelles telles que des inondations, des éruptions volcaniques et d’autres graves dommages jusqu’en 1773 lorsque les tremblements de terre de Santa Marta ont détruit la plus grande partie de la ville. Les autorités ont alors donné l’ordre de déplacer la capitale vers un lieu plus sûr, ce qui est devenu Guatemala City, la capitale moderne du pays. Quelques résidents sont restés dans la ville d’origine à laquelle on a, depuis lors, fait référence sous le nom de « La Antigua Guatemala ».
Antigua Guatemala a été le centre culturel, économique, religieux, politique et éducatif de toute la région jusqu’à ce que la capitale soit déplacée. En moins de trois siècles, la ville a acquis un certain nombre de superbes monuments. Le modèle de lignes droites défini par le damier des rues nord-sud et est-ouest et inspiré par la Renaissance italienne est l’un des meilleurs exemples de planification urbaine en Amérique latine et est tout ce qui reste de la ville du 16e siècle. La plupart des bâtiments civils, religieux et municipaux qui sont toujours debout datent du 17e et 18e siècles et constituent de superbes exemples de l’architecture coloniale des Amériques. Ces bâtiments illustrent une variation stylistique régionale connue sous le nom de Barroco antigüeño. Parmi les caractéristiques propres à ce style architectural, on remarque l’usage de stuc décoratif pour la décoration tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, des façades principales avec un fenêtre centrale dans une niche et souvent un tympan sculpté en creux, des bâtiments imposants et des campaniles assez bas conçus pour résister aux fréquents tremblements de terre courants dans la région. Parmi les nombreux monuments historiques importants, il convient de remarquer, entre autres, le Palais des Capitaines Généraux, la Maison de la Moneda, la Cathédrale, l’Université de San Carlos, Las Capuchinas, La Merced et Santa Clara.
La ville a été en grande partie abandonnée pendant une centaine d’années jusqu’au milieu du 19e siècle lorsque la production agricole s’est intensifiée, en particulier la culture du café et des céréales, et a fait bénéficier la région de nouveaux investissements. Le cœur urbain d’origine est petit, il mesure environ 775 mètres du nord au sud et 635 mètres d’est en ouest, couvrant une surface de 49,57 hectares.
Critère (ii) : Avec ses monuments construits dans le style baroque du 18e siècle et préservés aujourd’hui comme ruines, Antigua Guatemala présente des traces vivantes de la culture espagnole. Antigua Guatemala a été un centre d’exportation d’images et de statues religieuses vers le reste du continent américain et l’Espagne au cours des 17e et 18e siècles.
Critère (iii) : Antigua Guatemala est l’un des premiers et un extraordinaire exemple de planification urbaine en Amérique latine dans lequel le plan hippodamien d’origine, datant de 1543, a été conservé. Ses bâtiments religieux, privés et gouvernementaux sont d’extraordinaires illustrations de l’architecture coloniale d’Antigua.
Critère (iv) : Les nombreuses églises et monastères d’Antigua Guatemala témoignent de l’influence de l’église chrétienne sur tous les aspects de la vie quotidienne dans la ville au cours de la période coloniale. Le Barroco antigüeño qui s’y est développé est une adaptation régionale du style baroque conçue pour résister aux tremblements de terre courants dans la région.
Intégrité
Antigua Guatemala a conservé l’intégrité de son plan urbain du 16e siècle et l’intégrité physique de la plus grande partie de son patrimoine bâti. Le déplacement de la capitale après le tremblement de terre de 1773 et l’abandon de la région par la plupart de ses habitants ont permis la sauvegarde de nombreux bâtiments monumentaux de style baroque en état de ruine. Outre leur vulnérabilité aux catastrophes naturelles, y compris les tremblements de terre, les éruptions volcaniques et les ouragans, les conditions d’intégrité du bien sont menacées par l’exploitation touristique et une croissance incontrôlée. Les constructions illégales, l’embourgeoisement et l’augmentation de la circulation automobile à travers le district historique constituent des préoccupations supplémentaires quant à une diminution potentielle de l’intégrité du bien.
Authenticité
Étant donné l’abandon partiel de la ville en 1776 et les règlementations interdisant toute réparation ou construction de nouveaux bâtiments, le plan hippodamien de la ville datant du 16e siècle, de la Renaissance, et les bâtiments monumentaux de style baroque ainsi que les ruines ont survécu comme les rues pavées, les places agrémentées de fontaines et l’architecture domestique.
Bien que certaines résidences anciennes aient été entièrement restaurées, les nouvelles constructions, réalisées au cours des dernières années, sont inspirées par un style néocolonial ou « style Antigua », ce qui n’est pas sans conséquences sur les conditions d’authenticité. Des inquiétudes supplémentaires se font jour quant au nouvel aménagement qui a été inséré au milieu des ruines existantes. Par exemple, l’hôtel moderne (Casa Santo Domingo) a été construit au milieu des ruines de l’église et du monastère Santo Domingo, ce qui a des conséquences sur la forme et la fonction de ces bâtiments. Une réutilisation des bâtiments historiques guidée par la pression exercée par le développement touristique, constitue également une source de préoccupations auxquelles doivent répondre la mise en vigueur des règlementations et l’élaboration d’orientations de conservation adaptées.
Éléments requis en matière de protection et de gestion
La protection légale d’Antigua Guatemala a été mise en place en 1944 lorsque la ville a été déclarée « monument national » dans le but de la protéger du développement industriel et urbain incontrôlé. Cependant, la responsabilité du site n’ayant été confiée à aucune institution en particulier, la mise en vigueur effective des mesures de protection et de réglementation a été réduite à son minimum. L’Institut panaméricain de géographie et d’histoire a déclaré Antigua Guatemala « monument historique américain » en 1965, ce qui n’a pris effet que quatre années plus tard avec l’adoption de l’article 61 de la Constitution de la République du Guatemala et du décret 60-69 (Loi pour la protection de la ville d’Antigua Guatemala). Avec la mise en place du Conseil national de protection d’Antigua Guatemala en 1972, une institution responsable de la protection et de la restauration des monuments de la ville a été créée.
Les pressions exercées par le développement et le tourisme en augmentation dans la région ont rendu nécessaire une protection accrue de la zone historique ; certaines initiatives, tant au niveau communautaire que législatif, ont été entreprises. Il s’agit, entre autres, d’élaborer des outils destinés à promouvoir la sensibilisation du public local, de faire participer l’association communautaire Salvemos Antigua (Sauvons Antigua) et de mettre en place une campagne publique d’éducation (avec une lettre d’informations, des programmes destinés aux écoliers, etc.) avec le soutien du Gouvernement japonais.  La révision de la Loi de protection d’Antigua, qui nécessite d’être adoptée par le Congrès, a également fait l’objet d’une certaine diffusion afin d’apporter une réponse plus appropriée aux facteurs et menaces existants. La mise à jour et l’application de mesures législatives et de réglementation ne suffiront pas à pérenniser la valeur universelle exceptionnelle du bien, il conviendra également de définir et de protéger de façon efficace une zone tampon et de mettre en place sur le long terme un schéma directeur. Étant donné la vulnérabilité du bien, ce schéma directeur devra prévoir des dispositions concernant la préparation aux risques et la gestion des risques de catastrophes. Une gestion globale des visiteurs et des politiques et des orientations précises en matière de conservation seront également essentielles pour le bien.

Liens
ourplace Découvrez les photos de OUR PLACE the World Heritage Collection

******************************************************

Antigua Guatemala

Antigua Guatemala
Antigua, the capital of the Captaincy-General of Guatemala, was founded in the early 16th century. Built 1,500 m above sea-level, in an earthquake-prone region, it was largely destroyed by an earthquake in 1773 but its principal monuments are still preserved as ruins. In the space of under three centuries the city, which was built on a grid pattern inspired by the Italian Renaissance, acquired a number of superb monuments.
  • English
  • French
  • Arabic
  • Chinese
  • Russian
  • Spanish
  • Japanese
  • Dutch
Antigua Guatemala (Guatemala) © Silvan Rehfeld
Outstanding Universal Value
Brief Synthesis:
Built 1,530.17 m above sea level in an earthquake-prone region, Antigua Guatemala, the capital of the Captaincy-General of Guatemala, was founded in 1524 as Santiago de Guatemala. It was subsequently destroyed by fire caused by an uprising of the indigenous population, re-established in 1527 and entirely buried as a result of earthquakes and an avalanche in 1541. The third location, in the Valley of Panchoy or Pacán, was inaugurated in March 1543 and served for 230 years. It survived natural disasters of floods, volcanic eruptions and other serious tremors until 1773 when the Santa Marta earthquakes destroyed much of the town. At this point, authorities ordered the relocation of the capital to a safer location region, which became Guatemala City, the county’s modern capital. Some residents stayed behind in the original town, however, which became referred to as “La Antigua Guatemala”.

Antigua Guatemala was the cultural, economic, religious, political and educational centre for the entire region until the capital was moved. In the space of under three centuries the city acquired a number of superb monuments.
The pattern of straight lines established by the grid of north-south and east-west streets and inspired by the Italian Renaissance, is one of the best examples in Latin American town planning and all that remains of the 16th-century city. Most of the surviving civil, religious, and civic buildings date from the 17th and 18th centuries and constitute magnificent examples of colonial architecture in the Americas. These buildings reflect a regional stylistic variation known as Barroco antigueño. Distinctive characteristics of this architectural style include the use of decorative stucco for interior and exterior ornamentation, main facades with a central window niche and often a deeply-carved tympanum, massive buildings, and low bell towers designed to withstand the region’s frequent earthquakes. Among the many significant historical buildings, the Palace of the Captains General, the Casa de la Moneda, the Cathedral, the Universidad de San Carlos, Las Capuchinas, La Merced, Santa Clara, among others, are worth noting.
The city lay mostly abandoned for almost a century until the mid-1800s when increased agricultural production, particularly coffee and grain, brought new investment to the region. The original urban core is small, measuring approximately 775 metres from north to south and 635 metres east to west, covering 49.57 hectares.
Criterion (ii): Antigua Guatemala contains living traces of Spanish culture with its principal monuments, built in the Baroque style of the 18th century preserved today as ruins. Antigua Guatemala was a centre for the exportation of religious images and statues to the rest of the American continent and to Spain during the 17th and 18th centuries.
Criterion (iii): Antigua Guatemala is one the earliest and outstanding examples of city planning in Latin America in which the basic grid plan, dating from 1543, has been maintained. Its religious, private and government buildings are outstanding evidences of Spanish colonial architecture in Antigua.
Criterion (iv) The many churches and monasteries in Antigua Guatemala testify to the influence of the Christian church, during the colonial period, on every aspect of daily life in the city. Barroco antigueño developed in this area, a regional adaptation of the Baroque style designed to withstand the earthquakes common in the region.
Integrity
Antigua Guatemala has retained the integrity of its 16th-century layout and the physical integrity of most of its built heritage. The relocation transfer of the capital after the 1773 earthquake and the abandonment of the area by most of its population permitted the preservation of many of its monumental Baroque-style buildings as ruins. In addition to vulnerability to natural disasters, including earthquakes, volcanic eruptions and hurricanes, the conditions of integrity for the property are threatened by tourist exploitation and uncontrolled growth. Further concerns on potential erosion of integrity include the illegal construction and gentrification as well as increased traffic through the historic district.
Authenticity
Due to the partial abandonment of the city in 1776, and the regulations prohibiting the repair and construction of new buildings, the city’s 16th-century Renaissance grid pattern and Baroque-style monumental buildings and ruins have survived along with cobblestone streets, plazas with fountains, and domestic architecture.
While some of the original residences have been fully restored, new construction in recent years has followed a neo-colonial or “Antigua Style”, which impacts the conditions of authenticity. Additional concerns relate to new development that has been inserted into existing ruins. For example the modern hotel (Casa Santo Domingo) was constructed within the ruins of the Santo Domingo church and monastery, which also impact the form and function of buildings. Adaptative re-use of historic buildings, driven by tourism development pressures, is also a matter of concern to be addressed through the enforcement of regulations and development of adequate conservation guidelines.
Protection and Management Requirements
Legal protection for Antigua Guatemala was established in 1944, when the city was declared a national monument with the intention to protect it from uncontrolled industrial and urban development. However, as responsibility was not given to a specific institution, the actual enforcement of protective and regulatory measures was minimal. The Pan-American Institute of Geography and History declared it an American Historical Monument in 1965 which took affect four years later with the approval of Article 61 of the Constitution of the Republic of Guatemala, Legislative Decree 60-69 (Law for the Protection of the City of La Antigua Guatemala). The establishment of the “National Council for the Protection of Antigua Guatemala” in 1972 created an institution responsible for this protection and restoration of the city’s monuments.
Modern development pressure and increased tourism in the area have required more protection for the historic area and certain initiatives, at both the community and legislative levels, have been undertaken. These include recently developed tools for promoting local awareness, the participation by the community association Salvemos Antigua (Save Antigua), as well as a public education campaign (with a newsletter, schoolchildren programs etc.) supported by the Japanese government. The revision of Antigua’s Protection Law, which requires approval of Congress, has also been promoted to adequately respond to existing factors and threats. Sustaining the Outstanding Universal Value of the property will require not only the updating and enforcement of legislative and regulatory measures, but also the definition and efficient protection of a the buffer zone and the sustained implementation of a master plan. The latter will need to include provisions for risk preparedness and disaster risk management, particularly in light of the vulnerability of the property. Comprehensive visitor management and clear conservation guidance and policies, will also be crucial for the property.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire