jeudi 12 septembre 2013

5 doctorats d’honneur seront décernés lors de la collation des grades 2013

Suzanne Philips-Nootens, professeure émérite en droit

5 doctorats d’honneur seront décernés lors de la collation des grades 2013

<p>Plus de 10 000 personnes sont attendues à ce grand rassemblement qui soulignera l’accomplissement de près de 4000 diplômées et diplômés.</p>
Plus de 10 000 personnes sont attendues à ce grand rassemblement qui soulignera l’accomplissement de près de 4000 diplômées et diplômés.
Photo : Archives
10 septembre 2013
Véritable pilier du milieu financier et coopératif, Alban d’Amours n’a pas ménagé ses énergies pour œuvrer au bien-être de ses concitoyens. Chercheur influent dans le domaine de l’apprentissage automatique et mentor hors pair, Geoffrey Hinton est une source d’inspiration pour une génération entière de chercheurs. Visionnaire, Alain Beaudet a su démontrer comment la recherche et le développement peuvent servir à faire face aux besoins des populations vieillissantes. L’ouvrage de Pierre-André Côté est l’une des publications les plus citées par la Cour suprême du Canada. Carolyn Webster-Stratton a œuvré avec passion et rigueur pour faire avancer la recherche visant à prévenir les comportements agressifs chez les jeunes enfants. Engagées, impliquées et respectées dans leur domaine respectif, ces cinq personnalités recevront de l’Université de Sherbrooke le prestigieux titre de docteur d’honneur à la collation des grades qui aura lieu le 21 septembre.
Figures inspirantes pour des milliers d’étudiants et acteurs importants dans la recherche universitaire, trois professeurs de l’Université de Sherbrooke recevront le titre honorifique de professeur émérite, soit Pierre Charron, de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, Hélène Hensler, de la Faculté d’éducation, et Suzanne Phillips-Nootens, de la Faculté de droit.
Nous vous proposons un résumé biographique des nouveaux docteurs d’honneur et des professeurs émérites.

Alban D'Amours, docteur d'honneur institutionnel

Alban D’Amours
Alban D’Amours
C’est à l’Université de Sherbrooke qu’Alban D’Amours débute sa carrière comme professeur en économique à la Faculté des lettres et sciences humaines, où il enseignera durant 12 ans. Au cours de cette période, cet homme engagé participe à la création du Département d’économique ainsi que de l’Institut de recherche et d’enseignement pour les coopératives (IRECUS). En 1981, il quitte l’Université pour assumer de grandes responsabilités au sommet de la fonction publique québécoise, soit celles de sous‐ministre du Revenu et de sous‐ministre associé à l’Énergie.
En 1988, Alban D’Amours joint le Mouvement des caisses Desjardins à titre de premier vice-président et membre de la haute direction dans les domaines de la planification, du marketing, de la communication, de la finance et de la vérification et de l’inspection. Il est ensuite élu président et chef de la direction de l’institution financière québécoise en mars 2000.
Parallèlement à ses fonctions officielles, Alban D’Amours s’implique bénévolement auprès de plusieurs organismes. À ce jour, bien que retraité, il poursuit sa contribution à l’économie du Québec par des responsabilités au sein de groupes de travail d’importance stratégique. Alban D’Amours assume notamment la présidence du comité d’experts chargé d’étudier le système de retraite au Québec, de même que la présidence du comité sur la rémunération des juges du Québec.
Véritable pilier du milieu financier et coopératif, Alban D’Amours est avant tout un citoyen engagé qui ne ménage pas son temps ni ses énergies pour œuvrer au bien-être de ses concitoyens avec simplicité, affabilité, droiture et générosité.

Geoffrey Hinton, docteur d'honneur institutionnel

Geoffrey Hinton
Geoffrey Hinton
Titulaire d’un baccalauréat en psychologie expérimentale de l’Université de Cambridge et d’un doctorat en intelligence artificielle de l’Université d’Édimbourg, Geoffrey Hinton est l’un des chercheurs les plus influents du domaine de l’apprentissage automatique, une branche de l’intelligence artificielle visant à reproduire la capacité d’apprentissage humaine dans un ordinateur.
Grâce à ses travaux de recherche qui ont significativement contribué à plusieurs percées scientifiques et à ses articles qui ont fait l’objet de plus de 58 000 citations, Geoffrey Hinton est considéré comme un scientifique marquant de notre génération. En plus d’avoir accru notre compréhension des principes fondamentaux qui sous-tendent l’apprentissage et son intégration dans un système informatisé, ses contributions ont eu un impact considérable dans l’industrie. Les meilleurs systèmes au monde pour la recommandation de produits ainsi que pour la reconnaissance vocale et la reconnaissance d’objets (vision par ordinateur) sont basés sur des technologies développées par Geoffrey Hinton.
Les distinctions et reconnaissances attribuées à Geoffrey Hinton sont éloquentes. En 2001, il fut le premier récipiendaire du prix David E. Rumelhart soulignant la contribution de chercheurs aux fondements théoriques de la cognition humaine. Il est membre étranger honoraire de l’Académie américaine des arts et des sciences et membre de la Royal Society de Londres. Au Canada, il est le récipiendaire 2010 de la médaille d’or Gerhard-Herzberg en sciences et en génie du Canada du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, ainsi que le récipiendaire 2012 du prix Killam en génie du Conseil des arts du Canada.
L’héritage scientifique de ce pionnier ne se mesure pas uniquement à ses travaux de recherche. Geoffrey Hinton a aussi contribué à la formation de plusieurs étudiants qui sont maintenant des chercheurs établis dans leur domaine. Il est aujourd’hui professeur au Département d’informatique de l’Université de Toronto et est reconnu comme un mentor hors pair et une source d’inspiration pour une génération entière de chercheurs.

Alain Beaudet, docteur d'honneur en médecine et sciences de la santé

Alain Beaudet
Alain Beaudet
Alain Beaudet termine ses études de médecine en 1971 et son Ph. D. en sciences neurologiques en 1977, à l’Université de Montréal. Au terme de deux stages postdoctoraux effectués en France et en Suisse, il intègre d’abord les rangs de l’Université McGill à titre de professeur adjoint, pour ensuite assurer la direction adjointe à la recherche de l'Institut neurologique de Montréal. Le Dr Beaudet poursuit alors des activités de recherche de niveau international portant sur le rôle de plusieurs neuropeptides et de leurs récepteurs dans le système nerveux central.
Au fil des années, ce passionné de recherche gravit tous les échelons. En plus de contribuer à la formation de la relève scientifique comme professeur titulaire, il devient directeur des affaires scientifiques du Fonds de la recherche en santé du Québec en 2000, puis président jusqu’en 2008. Aujourd’hui, c’est à titre de président des Instituts de recherche en santé du Canada que ce visionnaire se dédie à l’avancement de la science et à l’amélioration de la santé au Canada et ailleurs dans le monde.
Le Dr Beaudet est le distingué récipiendaire de prestigieux prix et reconnaissances, non seulement pour ses contributions scientifiques et académiques, mais aussi pour l’ensemble de son œuvre. Il est notamment Chevalier de l’Ordre national du Québec (2011) et membre de la Société royale du Canada (2012).

Pierre-André Côté, docteur d'honneur en droit

Pierre-André Côté
Pierre-André Côté
C’est en juin 1968 que Pierre-André Côté est admis, par le Barreau du Québec, à l’exercice de la profession d’avocat. Deux ans plus tard, il devient professeur à l’Université de Montréal. Il y donne des cours dans les domaines de l’interprétation des lois, du droit administratif et de la méthodologie de la recherche, et ce, tant au baccalauréat qu’aux cycles supérieurs. Il agit également à titre de professeur invité dans de nombreuses facultés de droit européennes et canadiennes, dont l’Université de Sherbrooke. Bien qu’il ait quitté l’enseignement en 2005, Pierre-André Côté poursuit à ce jour une carrière d’avocat-conseil au sein d’un cabinet montréalais.
Pierre-André Côté est l’un des rares juristes universitaires dont les travaux de recherche ont profondément influencé la communauté juridique. Son œuvre maîtresse, qui s’intitule Interprétation des lois – rééditée pour une 4e fois en 2009 et traduite en anglais – constitue l’un des ouvrages les plus souvent cités par la Cour suprême du Canada. En ce sens, les recherches de Pierre-André Côté ont provoqué une transformation de la réflexion sur l’interprétation en droit canadien et sur la compréhension du droit transitoire en droit civil et en common law.
L’impact de l’œuvre intellectuelle de cet illustre juriste et professeur estimé est considérable au Québec et au Canada. Pierre-André Côté a non seulement influencé de façon déterminante la pratique du droit, mais il a aussi marqué des générations d’étudiants, de juges, d’avocats et de notaires.

Carolyn Webster-Stratton, docteure d'honneur en éducation

Carolyn Webster-Stratton
Carolyn Webster-Stratton
Depuis 1976, Carolyn Webster-Stratton est professeure à l’Université de Washington. Elle se consacre avec passion et rigueur à l’enseignement et à la recherche de stratégies pour prévenir les comportements agressifs chez les jeunes enfants en favorisant le développement de compétences sociales et émotionnelles.
Psychologue clinicienne et infirmière, elle a développé un programme de prévention traduit dans huit langues et utilisé dans une vingtaine de pays, tant par des enseignantes et enseignants que par des spécialistes de la santé mentale. En outre, elle a publié de nombreux articles scientifiques, des livres et des vidéos visant à former le personnel enseignant, les parents et les enfants.
Au cours des 25 dernières années, Carolyn Webster-Stratton et son équipe de la University of Washington Parenting Clinic ont traité plus de 500 enfants éprouvant des troubles de comportement et ont offert un programme de prévention à plus de 3000 élèves.
De nombreux prix et reconnaissances ont été octroyés à Carolyn Webster-Stratton pour son impressionnante carrière, dont le prix National Mental Health Lela Rowland Prevention de la National Mental Health Association, qui vient reconnaître la justesse et la qualité de ses interventions avec les familles, et le prestigieux prix National Mental Health Research Scientist du National Institute of Mental Health.

Pierre Charron, professeur émérite en médecine et sciences de la santé

Pierre Charron
Pierre Charron
Depuis 1979, Pierre Charron assume avec brio plusieurs fonctions à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke. Dans le secteur des études postdoctorales, il a occupé les postes de directeur du programme tronc commun de médecine, qu’il a restructuré, puis de médecine interne. Il conjugue avec passion et conviction les rôles de professeur engagé et de développeur académique visionnaire. Au-delà du partage de ses connaissances, Pierre Charron s’applique à transmettre les valeurs et les attributs intimement associés à la profession médicale.
Ce professeur clinicien aguerri a contribué à l’implantation du curriculum prédoctoral basé sur l’apprentissage par problèmes et il figure parmi les précurseurs de l’approche holistique et de la prise en charge globale du patient, innovations qui ont eu un impact à travers le Canada. Il a joué un rôle de premier plan à titre de consultant auprès de plusieurs institutions francophones d’outremer et contribué à l’intégration de l’évaluation systématique de la qualité de l’acte médical et de la promotion de la sécurité des soins à la Faculté de médecine et des sciences de la santé.
La carrière de Pierre Charron combine plusieurs atouts qu’il a développés sous l’insigne de l’équilibre et de l’excellence : un clinicien doué, un enseignant passionné, un bâtisseur acharné, un modèle exemplaire, et surtout, un homme de cœur profondément attaché à sa faculté.

Hélène Hensler, professeure émérite en éducation

Hélène Hensler
Hélène Hensler
En 1972, Hélène Hensler devient professeure à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke. Fortement engagée dans la réforme des programmes à l’aube des années 1990, elle a joué un rôle déterminant dans la conception du nouveau programme de formation à l’enseignement secondaire, de son implantation et, plus tard, de l’actualisation de l’approche-programme qui caractérise les programmes de la Faculté d’éducation. L’enthousiasme de cette professeure engagée s’est aussi manifesté dans la création et l’implantation du programme de doctorat.
Tout en maintenant une activité d’enseignement et de recherche exemplaire, Hélène Hensler a également agi au cours de sa carrière sur le plan de la gestion académique de la Faculté comme responsable de programmes. En outre, cette femme disponible et dévouée a réalisé plusieurs mandats pour différents ministères québécois ainsi que pour le Conseil supérieur de l’éducation.
Hélène Hensler a donc contribué tout au long de sa carrière de façon remarquable au développement de la Faculté et de l’Université et, de manière générale, au développement des connaissances liées à la formation à l’enseignement et à l’évolution des modèles de formation à l’enseignement secondaire au Québec. Ses nombreuses publications témoignent d’ailleurs de l’importance de cette contribution.
Retraitée depuis 2010, Hélène Hensler poursuit aujourd’hui son engagement au niveau international en contribuant à la formation d’étudiantes et d’étudiants haïtiens.

Suzanne Philips-Nootens, professeure émérite en droit

Suzanne Philips-Nootens
Suzanne Philips-Nootens
Diplômée en médecine et en anesthésiologie, Suzanne Philips-Nootens pratique d’abord en Belgique et au Congo. Elle fait ensuite des études juridiques à Sherbrooke et McGill. Elle intègre le corps professoral de la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke en 1981. Modèle d’interdisciplinarité, elle lance plusieurs projets d’innovation pédagogique. La Médaille du 50e anniversaire de l’Université, en 2004, puis le Prix institutionnel de la qualité de l’enseignement, en 2010, soulignent le caractère exceptionnel de sa contribution.
En qualité de chercheuse, la professeure Philips-Nootens publie de nombreux articles, prononce quantité de communications et participe aux travaux de la Commission de réforme du droit du Canada. Elle coécrit de véritables ouvrages de référence en droit médical québécois. Récipiendaire de plusieurs subventions et membre de groupes de recherche variés, elle joue un rôle central dans l’obtention de la Chaire de droit et gouvernance de la santé dont elle sera titulaire principale de 2008 à 2011.
Suzanne Philips-Nootens contribue à la vie facultaire et universitaire comme vice-doyenne à l’enseignement, vice-doyenne à la recherche et aux études supérieures et directrice des programmes de droit et politiques de la santé.
Membre du conseil d’administration de l’Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke durant 17 ans, elle en assure la présidence depuis quatre ans. Elle contribue aussi aux travaux de plusieurs comités d’éthique et organismes provinciaux. Sa retraite de l’Université de Sherbrooke, en 2011, est loin de mettre un terme à ses activités.
La professeure Philips-Nootens laisse à sa communauté facultaire le souvenir d’une personne accessible, respectueuse et généreuse.

Information complémentaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire